IA : oppScience prône une alternative collective et européenne à Palantir

IA : oppScience prône une alternative collective et européenne à Palantir

La startup parisienne oppScience développe une plateforme de traitement de données propulsées au NLP, aux analyses graphes et à l’IA. La société prône l’émergence d’une alternative collective et européenne à Palantir et aux éditeurs américains, et se propose de rallier des partenaires autour de ses solutions

Selon Gilles André, oppScience s’est appuyé sur le socle de recherche et développement de deux sociétés qu’il a fondées à partir de 2011 (PolySpot, et CustomerMatrix).

OppScience développe la plateforme bee4Sense. Elle est composée de trois modules. La startup précise qu’InfoHub est dédiée à l’acquisition en continu (CDC) et à la fédération de données brutes, structurées, semi-structurées ou non structurées. Cette brique dispose d’une librairie de près de 120 connecteurs. SenseBuilder rassemble des capacités de moteur de règles, de machine learning, d’analytique et de Deep Learning afin d’enrichir les données et les partager. SARA, correspond à la couche UI/UX. Ce module comprend à la fois les UX (tableaux de bord, barre de recherche, visualisation graphe, etc.), les API et les applications pour la gestion de données de référence, des ontologies et du Case Management.

Comme les acteurs spécialisés dans la relation client, oppScience veut automatiser les traitements enclenchés par les utilisateurs finaux. Bee4Sense a été pensé pour devenir un orchestrateur des requêtes de données, des inférences de modèles de machine learning ou d’établissement des relations graphes.

Cette description ouvre les portes à un nombre important de cas d’usage, mais oppScience a décidé de limiter son champ à deux activités : l’aide à l’enquête et à la gestion augmentée de la connaissance.

En ce sens, elle lancera à la fin du mois de juin une application d’enquête ciblant les secteurs de la sécurité, et de la vérification de l’identité des clients « dans les domaines publics et privés ». Il s’agit de rassembler sous une seule interface les capacités de la plateforme accessible aux collaborateurs pour se renseigner sur des entités : des personnes, des entreprises ou encore des produits.

« Il faut comprendre l’enquête au sens large », prévient le fondateur. Il s’agit à la fois de couvrir les besoins de recherche des supports client, du maintien en condition opérationnelle, des équipes de veille concurrentielle, des chercheurs, mais aussi des forces de l’ordre, de la justice et des services de renseignement.

Bee4Sense, une plateforme dédiée au cognitive search et à l’enquête

« Nous avons deux types de clients : les entreprises et l’administration », indique Guillaume Bréjaud, directeur général d’oppScience. « Les grands groupes nous utilisent dans le cadre d’une gestion augmentée de la connaissance quand la GED et un moteur de recherche ne suffisent plus, quand il faut accéder aux contenus. Nous sommes sur la de veille économique, technologique, stratégique et de la gestion du savoir de l’entreprise, par exemple chez Vinci, BNP ou encore Suez ».

Du côté de l’administration, bee4Sense est la plateforme de gestion de cas associé au TAJ (Traitement des antécédents judiciaires) mis en œuvre par la ST(SI)² (Service des Technologies et des Systèmes d’Information de la Sécurité Intérieure), DSI commune à la police et à la Gendarmerie Nationales. Selon les propos du Colonel Patrick Touak, Sous-Directeur des Systèmes d’Information de la Gendarmerie, bee4Sense est l’application employée pour la recherche et le croisement d’informations concernant les victimes et auteurs de délits, de crimes ou punis par certaines contraventions de cinquième classe.

La solution est également utilisée par le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N, rattaché à la Gendarmerie) pour propulser une partie des fonctions de la plateforme Thésée (Traitement harmonisé des enquêtes et des signalements pour les e-escroqueries) afin de lutter contre la fraude sur Internet, notamment pour regrouper des plaintes qui présentent des similarités pouvant diriger l’enquête vers un individu.

Bee4Sense peut être installée sur site ou dans le cloud, de manière agnostique. Les clients choisissent un environnement dans lequel ils déploient la plateforme en mode single tenant. La startup fournit ses solutions sous un mode de souscription annuelle, mais s’adapte aussi au modèle de licence et de maintenance imposé par certaines administrations.

Sur le papier, bee4Sense ressemble davantage à un framework modulaire qu’à une plateforme dont toutes les frontières seraient délimitées par l’éditeur.

En réalité, la plateforme bee4sense est bien une offre packagée, mais la startup se concentre sur une (grosse) partie de l’intégration et l’extraction de données, sur l’apport de solutions NLP, de data lineage, d’extraction d’entités nommées et de toutes les interfaces utilisateur.

« Outre l’intégration de données, nous sommes des spécialistes du traitement automatique du langage, ainsi que de la convergence d’information et la gestion des relations entre des entités », vante Gilles André.

Pour le reste, c’est-à-dire l’extraction de certaines données, l’identification biométrique, la traduction automatique, l’analyse des données géospatiales et la computer vision, la startup fait appel à des partenaires ou s’intègre avec les solutions choisies par ses clients.

« Nous n’avons pas une approche systématique. Si un client à un besoin d’une information donnée, nous allons faire par le biais de nos connecteurs ou nous associant à des partenaires », assure Gilles André.

« Dans notre démarche, nous recommandons des solutions que nous savons pertinentes dans tel ou tel domaine, mais nous ne les imposons pas, car les clients peuvent avoir déjà opté une brique similaire. Nous n’avons pas pour but de contraindre une révolution du système d’information de l’entreprise », ajoute Guillaume Bréjaud

Favoriser l’émergence d’alternatives européenne à Palantir

OppScience monte ainsi ce qu’elle appelle un FabLab pour faire collaborer les startups et les entreprises qui pourraient enrichir sa plateforme et les solutions déployées auprès des clients. L’objectif est ni plus ni moins que de présenter une alternative collective aux produits de Palantir.

 « Si vous observez attentivement l’activité de Palantir aujourd’hui, les cas d’usage vont bien au-delà de la surveillance », note Gilles André. « Nous cherchons à proposer une alternative à Palantir, mais nous ne voulons pas y aller seuls. Nous voulons développer un écosystème de spécialistes de l’IA souverain, en France, qui constitue par leur union une force de frappe dans le domaine et proposer une alternative à l’hégémonie sino-américaine qu’il y a sur ce marché au lieu d’intenter des procès en diabolisation relativement stériles ». OppScience annoncera les noms de ces premiers partenaires à la fin du mois de juin.

La démarche se rapproche de celle d’Atos et de Thales qui ont dévoilé une co-entreprise, mais se veut plus collective, voisine de l’initiative du Cluster Data Intelligence du GICAT. Si la startup est membre du groupement des industries de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (et de l’UGAP), elle souhaite se rallier au cluster créé justement pour proposer « des palantirs à la française », mettre en avant des intervenants capables de répondre à des cas d’usage spécifiques.

« Aujourd’hui, l’industrie de l’IA et du Big Data en France et en Europe a dû mal à décoller. Les enjeux ne sont pas exclusivement financiers, il s’agit de maîtriser certaines situations comme celles que nous venons de traverser. On ne peut pas confier ces sujets stratégiques à des plateformes quelque part sous la domination d’un acteur unique, il faut favoriser l’émergence des initiatives européennes », martèle Gilles André.

En 2020, oppScience a généré un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros tout en assurant un bilan positif. Elle espère générer 25 millions d’ici 2023. La startup compte une quarantaine de collaborateurs et revendique une trentaine de clients.

Le STSI² choisit la solution bee4sense Information Insight d’OppScience pour la valorisation de ses données

Le STSI² choisit la solution bee4sense Information Insight d’OppScience pour la valorisation de ses données

Le STSI² choisit la solution bee4sense Information Insight d’OppScience pour la valorisation de ses données

Paris, le 10 janvier 2019

OppScience, solution innovante de valorisation de la donnée, annonce que le ST(SI)² (Service des Technologies et des Systèmes d’Information de la Sécurité Intérieure), DSI de la Police et de la Gendarmerie Nationales, a sélectionné la plate-forme bee4sense Information Insight d’OppScience pour la recherche et la valorisation des données gérées dans les applications d’aide à l’enquête. La plate-forme est mise à la disposition des services de police et de gendarmerie afin d’accélérer et d’optimiser les recherches multicritères des fichiers judiciaires et constitue ainsi une véritable plus-value dans la conduite des enquêtes.

« Après avoir efficacement remplacé notre ancienne solution de recherche sur l’application TAJ (Traitement des Antécédents Judiciaires), nous avons décidé de mettre en œuvre les nouvelles fonctionnalités de la plateforme bee4sense Information Insight qui répondent à des besoins opérationnels de plus en plus nombreux et complexes » déclare le Colonel Touak, Sous-Directeur des Systèmes d’Information au ST(SI)². « La plateforme bee4sense Information Insight permet non seulement de prendre en compte la recherche de l’information mais aussi la valorisation opérationnelle de la données grâce à son moteur sémantique et à ses capacités de gestion de graphes de relations. Le champ des possibilités offert par cette solution nous ouvre de nombreuses perspectives. »

 

« Travailler avec le ST(SI)², dont les enjeux autour de la donnée sont colossaux dans le contexte actuel, est un tournant majeur pour OppScience dans le monde du renseignement et de l’aide à l’enquête » annonce Guillaume Bréjaud, Directeur Général de la société OppScience. « Cela confirme l’importance de la valorisation des données dans ces métiers pour lesquels il est fondamental d’obtenir des résultats pertinents, dans des délais compatibles avec l’urgence qu’impose l’accomplissement de leurs missions quotidiennes. » La plate-forme bee4sense Information Insight d’OppScience adresse des besoins stratégiques dans les grandes entreprises, les administrations et les organisations non gouvernementales. Cette plate-forme combine des algorithmes de Machine Learning et de Traitements Automatiques du Langage couplés à la puissance d’une base de graphe. »

A propos d’ OppScience

Dans un contexte de globalisation de l’information où l’appréhension des risques et des opportunités repose sur les données elles-mêmes mais aussi et surtout leurs interconnexions, OppScience innove en proposant des solutions de valorisation de la donnée reposant sur des algorithmes d’Intelligence Artificielle (Machine Learning et Traitement Automatique du Langage) permettant d’en extraire la valeur et la puissance d’une base de graphe pour les mettre en relation. Ces solutions accélèrent la compréhension de volumes d’information très importants dans des temps très courts en tenant compte des contextes d’usages. Les utilisateurs sont donc à-même de découvrir les informations essentielles et de prendre les décisions requises.

Rendez-vous au Big Data Paris & AI Paris 2020

Rendez-vous au Big Data Paris & AI Paris 2020

Rendez-vous au Big Data Paris & AI Paris 2020

Vous êtes à la recherche de solutions pour traiter vos données, ou avez simplement envie de découvrir les nouvelles opportunités du big data et les dernières tendances de l’intelligence artificielle ?

OppScience vous invite à rejoindre le 14 & 15 septembre, le salon n°1 du Big Data en Europe: « Big Data Paris & AI Paris 2020 ».Un évènement 100 % hybride avec plus de 300 sponsors & exposants qui aborderont plusieurs thématiques comme le Machine Learning et les technologies d’IA combinés au Big Data, la gouvernance et qualité des données, et la datavisualisation en temps réel .

Vous avez la possibilité d’accéder à toute la programmation du salon en présentiel à Paris porte de Versailles ou directement derrière vos écrans depuis la plateforme digital Connect.

Nous serons présents sur le stand booth D6 pour présenter notre solution bee4sense, une plateforme intrinsèquement personnalisable, créée avec la volonté de transformer les données hétérogènes en intelligence collective, afin d’apporter toujours plus de valeur.

Venez nous rencontrer avec votre pass gratuit disponible sur https://www.bigdataparis.com/2020/inscription/ où vous avez la possibilité de réserver un créneau horaire de votre choix autant que visiteur sur la plateforme virtuelle pour nous rencontrer soit sur place ou à distance.

Ne ratez pas notre intervention « Exploitez la pleine valeur de vos données avec la plateforme bee4sense » le lundi 14 Septembre en salle 4 à 17h30

Pour plus d’informations, merci de nous contacter:

Où et quand : LUNDI 14 & MARDI 15 SEPTEMBRE 2020- PORTE DE VERSAILLES – HALL 7.3

Site web de l’évènement: 

https://www.bigdataparis.com/2020/ 

https://aiparis.fr/2020/

Evènement 100% physique, 100% digital

 

oppScience continue d’opérer pendant le confinement

oppScience continue d’opérer pendant le confinement

OppScience continue d’opérer pendant le confinement

Face à cette période difficile de crise sanitaire et de confinement que nous traversons, oppScience a fermé ses bureaux et continu d’opérer efficacement à distance avec les collaborateurs et les clients au travers des outils collaboratifs mis à disposition. Auprès d’une équipe motivée et investie, nous nous assurons de suivre les bonnes pratiques du télétravail afin de continuer d’accompagner nos clients et partenaires dans les meilleures conditions possibles.

Afin de maintenir les liens sociaux au milieu de cette situation irrégulière, les équipes oppScience se réunissent tous les jours en vidéoconférence pour partager un moment social et créer une ambiance qui nous aide à démarrer nos journées ensemble, plus forts

Nos clients, qui regroupent des entreprises de services et industrie, se mobilisent aujourd’hui plus que jamais pour lutter contre la propagation du COVID-19 et nous remercions :

  • Schneider Electric qui produit des respirateurs électriques :

https://www.industrie-techno.com/article/contre-le-covid-19-air-liquide-psa-schneider-electric-et-valeo-produiront-10-000-respirateurs-d-ici-mi-mai.60001

  • Tereos qui mobilise son appareil agro-industriel contre le COVID-19 :

https://www.rse-magazine.com/Tereos-ou-comment-l-agro-industrie-se-mobilise-contre-le-Covid-19_a3731.html

  • Decathlon qui réserve des masques de plongée aux soignants :

https://sciencepost.fr/covid-19-decathlon-reserve-desormais-ses-masques-de-plongee-aux-soignants/

Soyons solidaires pendant cette épreuve. Restons chez nous et respectons les directives gouvernementales. En espérant que cette pandémie mondiale soit bientôt finie.

Pour plus d’informations concernant le COVID-19, rendez-vous sur la page https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

ttings.

oppScience devient membre du GICAT

oppScience devient membre du GICAT

OppScience devient membre du GICAT

Paris,le 5 Décembre 2019. Sur l’axe de son développement dans le secteur de la défense et la sécurité, oppScience rejoint Le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT). Cette adhésion permettra de coopérer activement avec un modèle d’échange et de mutualisation des atouts pour accéder à de nouvelles opportunités, favoriser le positionnement concurrentiel sur les marchés français et internationaux et offrir une plus grande visibilité .

Aujourd’hui grâce à l’expertise dans le domaine de l’enquête et l’investigation que la solution bee4sense apporte à ses utilisateurs, oppScience est capable d’agir au sein d’un groupement de référence pour les problématiques de défense et sécurité terrestres et aéroterrestres afin de créer de l’innovation et échanger les connaissances envers une seule ambition partagée : sécuriser le développement national et économique.

Auprès de 257 autres membres, oppScience bénéficiera d’un accès à l’information au travers de conférences, Séminaires d’échanges et journées de rencontre entre grands groupes ainsi qu’un soutien pour développer les offres à l’étranger en termes d’organisation de missions, veille technologique et services d’accompagnements.

A propos du GICAT :

Le Groupement des industries françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT) est un groupement professionnel créé en 1978 et qui représente aujourd’hui plus de 270 adhérents (grands groupes, Entreprises de taille intermédiaire et Petites et moyennes entreprises). Il a pour objectif de :

• Organiser le dialogue entre institutionnels et industriels du secteur
• Offrir des services à ses adhérents pour favoriser leur développement en France et à l’international.
• Créer un environnement favorable aux échanges entre industriels
• Valoriser les savoir-faire et l’image de l’industrie du secteur

Le rayonnement international du GICAT s’appuie sur les salons internationaux EUROSATORY en France, Platinum à Monaco, Expodefensa en Colombie et ShieldAfrica en Côte d’Ivoire organisés par sa filiale le COGES, ainsi que sur un certain nombre de salons de défense et/ou de sécurité à l’étranger.

Le GICAT est membre fondateur du Conseil des industries de défense (CIDEF).

Plus d’informations sur : gicat.com

A propos d’ oppScience :

Dans un contexte de globalisation de l’information où l’appréhension des risques et des opportunités repose sur les données elles-mêmes mais aussi et surtout leurs interconnexions, oppScience innove en proposant des solutions de valorisation de la donnée reposant sur des algorithmes d’Intelligence Artificielle (Machine Learning et Traitement Automatique du Langage) permettant d’en extraire la valeur et la puissance d’une base de graphe pour les mettre en relation. Ces solutions accélèrent la compréhension de volumes d’information très importants dans des temps très courts en tenant compte des contextes d’usages. Les utilisateurs sont donc à-même de découvrir les informations essentielles et de prendre les décisions requises.