Le STSI² choisit la solution bee4sense Information Insight d’OppScience pour la valorisation de ses données

Le STSI² choisit la solution bee4sense Information Insight d’OppScience pour la valorisation de ses données

Le STSI² choisit la solution bee4sense Information Insight d’OppScience pour la valorisation de ses données

Paris, le 10 janvier 2019

OppScience, solution innovante de valorisation de la donnée, annonce que le ST(SI)² (Service des Technologies et des Systèmes d’Information de la Sécurité Intérieure), DSI de la Police et de la Gendarmerie Nationales, a sélectionné la plate-forme bee4sense Information Insight d’OppScience pour la recherche et la valorisation des données gérées dans les applications d’aide à l’enquête. La plate-forme est mise à la disposition des services de police et de gendarmerie afin d’accélérer et d’optimiser les recherches multicritères des fichiers judiciaires et constitue ainsi une véritable plus-value dans la conduite des enquêtes.

« Après avoir efficacement remplacé notre ancienne solution de recherche sur l’application TAJ (Traitement des Antécédents Judiciaires), nous avons décidé de mettre en œuvre les nouvelles fonctionnalités de la plateforme bee4sense Information Insight qui répondent à des besoins opérationnels de plus en plus nombreux et complexes » déclare le Colonel Touak, Sous-Directeur des Systèmes d’Information au ST(SI)². « La plateforme bee4sense Information Insight permet non seulement de prendre en compte la recherche de l’information mais aussi la valorisation opérationnelle de la données grâce à son moteur sémantique et à ses capacités de gestion de graphes de relations. Le champ des possibilités offert par cette solution nous ouvre de nombreuses perspectives. »

 

« Travailler avec le ST(SI)², dont les enjeux autour de la donnée sont colossaux dans le contexte actuel, est un tournant majeur pour OppScience dans le monde du renseignement et de l’aide à l’enquête » annonce Guillaume Bréjaud, Directeur Général de la société OppScience. « Cela confirme l’importance de la valorisation des données dans ces métiers pour lesquels il est fondamental d’obtenir des résultats pertinents, dans des délais compatibles avec l’urgence qu’impose l’accomplissement de leurs missions quotidiennes. » La plate-forme bee4sense Information Insight d’OppScience adresse des besoins stratégiques dans les grandes entreprises, les administrations et les organisations non gouvernementales. Cette plate-forme combine des algorithmes de Machine Learning et de Traitements Automatiques du Langage couplés à la puissance d’une base de graphe. »

A propos d’ OppScience

Dans un contexte de globalisation de l’information où l’appréhension des risques et des opportunités repose sur les données elles-mêmes mais aussi et surtout leurs interconnexions, OppScience innove en proposant des solutions de valorisation de la donnée reposant sur des algorithmes d’Intelligence Artificielle (Machine Learning et Traitement Automatique du Langage) permettant d’en extraire la valeur et la puissance d’une base de graphe pour les mettre en relation. Ces solutions accélèrent la compréhension de volumes d’information très importants dans des temps très courts en tenant compte des contextes d’usages. Les utilisateurs sont donc à-même de découvrir les informations essentielles et de prendre les décisions requises.

L’intelligence artificielle : la solution pour transformer vos données en valeur

L’intelligence artificielle : la solution pour transformer vos données en valeur

L’intelligence artificielle : la solution pour transformer vos données en valeur

Après Internet, les technologies de l’intelligence artificielle engendrent la quatrième révolution industrielle. Les modèles économiques et les systèmes d’information s’en trouvent bouleversés. L’information, et la connaissance qui en dérive, constituent aujourd’hui le facteur clé de différenciation entre les entreprises. Rencontre avec Guillaume Bréjaud, Directeur Général d’oppScience en charge du développement de l’activité bee4sense.

Mais comment définit-on l’intelligence artificielle ? « En réalité, quand on parle d’intelligence artificielle, on fait plutôt allusion à de l’intelligence augmentée, car nous ne sommes pas encore dans un monde où la machine va prendre le pouvoir sur l’homme. Cette intelligence augmentée consiste en des moyens mathématiques nommés algorithmes, permettant aux organisations et aux individus de traiter des volumes de données très importants ». Or, c’est Internet qui a directement créé le volume important de données à traiter et la problématique de leur traitement. Le volume d’informations a littéralement explosé et son traitement par de simples règles est devenu impossible. C’est ici que l’IA trouve son application et adresse tous les secteurs d’activité. « La véritable rupture réside dans le fait que les algorithmes peuvent fournir des résultats parfois peu compréhensibles qui met l’utilisateur devant l’obligation d’accepter ce que dit la machine ».

 

L’enjeu pour les entreprises est donc aujourd’hui de passer d’un modèle où les logiciels régissent la donnée en lui calquant leurs contraintes, à un modèle dans lequel les données régissent les logiciels. Il faut donc repenser l’architecture des systèmes d’information. « L’information provient de différentes origines, prend différentes formes – textes, données, images, vidéos – et est stocké ou diffusé dans des espaces différents comme des bases de données constituées, sur le web, au sein d’applications. Avant même d’utiliser l’information, il faut que le système la traite pour en dégager la valeur ; c’est un enjeu majeur pour les entreprises ». Or, les stratégies de valorisation de l’information doivent évoluer car les technologies utilisées actuellement ne permettent pas de tirer pleinement parti du volume et de la qualité des informations détenues. « Même les trésors résidant dans les systèmes d’information des entreprises sont sous valorisés. Dans cette étape préalable, l’Intelligence Artificielle apporte des réponses pertinentes et des innovations voient le jour ».

Ainsi, de nouveaux modes de stockage et de représentation de l’information apparaissent et sont issus de l’internet mais aussi de la recherche sur le cerveau humain. Parallèlement, de nouveaux modes d’utilisation de l’information émergent, l’information devenant le vecteur du commerce comme l’ont prouvé des acteurs tels qu’Uber dans le domaine du transport. L’information devient dynamique et est mise à disposition de l’utilisateur quand il en a besoin et où il en a besoin. Et enfin, et c’est peut-être là le plus important, les systèmes sont en capacité d’apprendre des utilisateurs pour s’améliorer continuellement.

Un marché où les acteurs sont nombreux, mais peu sont vraiment efficaces…

Aujourd’hui, les technologies d’Intelligence Artificielle sont pour la plupart publiques grâce aux contributions d’acteurs privés tels que Google ou Facebook, de centres de recherche universitaires ou d’initiatives open source. L’enjeu des sociétés spécialisées en intelligence artificielle est de savoir gérer la totalité de la chaîne : depuis l’acquisition des données internes et externes, leur mise en forme, l’orchestration des processus d’AI, la publication des résultats auprès des utilisateurs, et enfin l’apprentissage à partir de l’usage et des résultats obtenus et d’en assurer la mise en production et la maintenance en conditions opérationnelles. C’est justement le point fort d’oppScience d’avoir développé une plateforme de service complète qui va de la captation à la restitution, là où bien souvent il faut plusieurs briques technologiques pour répondre aux attentes. « L’installation de notre plateforme est venue remplacer trois outils au sein de la DCPJ. Notre solution permet d’être plus rapide dans le traitement des informations ». L’autre avantage de la plateforme oppScience est son moteur de traitement automatique du langage qui permet de gérer de découvrir des relations et de les restituer de façon pertinente en fonction du contexte d’utilisation, à l’instar de ce que l’on connaît sur Facebook ou LinkedIn. « Dans un monde hyperconnecté, la surveillance d’une personne et d’une entreprise ne peuvent plus s’appréhender sans prise en compte de l’écosystème de ses relations ».

Service après-vente, veille économique et concurrentielle : les multiples applications de l’IA

Si les systèmes ne font qu’apprendre ce qu’on leur montre, leur efficacité est bien réelle. « L’intelligence artificielle d’aujourd’hui ne rendra pas capable une voiture de traverser la place de l’étoile de Paris ; cependant elle pourra détecter des signaux faibles à partir d’un grand volume initial d’informations alors que l’homme considérera cette information comme insignifiante. Dans ce cadre, nous traitons de la donnée ouverte, présente sur les réseaux sociaux et les sites web mais aussi des données internes. Nous apportons ainsi une réelle valeur ajoutée aux services après-vente des entreprises. Sur le plan de la veille économique aussi, notre plateforme saura détecter les signaux faibles concernant les demandes de clients. Nous réalisons également des missions de veille économique et d’intelligence compétitive. Nous croisons des informations parues sur Internet avec des données officiellement publiées et des informations parues sur les entreprises surveillées. Il s’agit d’anticiper les attentes des clients, qu’ils soient des particuliers, des entreprises ou même des états. En résumé, oppScience fournit une solution complète allant de l’acquisition de l’information à sa mise à disposition auprès des utilisateurs au bon moment et dans le bon contexte. Notre approche nous permet de délivrer des résultats en mode agile en quelques semaines là où des approches plus fragmentées requièrent des années ». Dans ce grand lot d’informations, oppScience développe une qualification de chaque information, traitant chacune à sa juste valeur.
Répondre aux attentes des entreprises nécessite un entraînement de l’algorithme. « Nous ne pouvons pas entraîner nos algorithmes à tout. Nous avons des solutions pour démarrer le projet, puis l’algorithme est entraîné par un utilisateur ; il interagit avec la machine à travers une boucle de feed-back qui améliore les performances dans le temps ». Il est essentiel qu’une personne dise à la machine si ses premiers résultats sont bons ou pas. « Ensuite, l’amélioration est autonome et l’optimisation sans fin ». Deux possibilités de contexte de restitution sont possibles. La première est de fournir une réponse à une question donnée par un utilisateur. La plateforme Oppscience apporte une information ciblée dans un contexte défini, avec une vision à 360°. La deuxième est la mise en place d’un système d’alerte : dans ce cas, l’utilisateur est informé de toute modification de l’environnement surveillé, c’est le cas lors d’une veille économique.

OppScience a été créée en décembre 2017 par Saïd Rkaibi, PDG du groupe Medtech et Gilles André, entrepreneur dans le domaine du logiciel. La création de la société résulte de la consolidation de technologies et de savoir faire issus de différentes initiatives tant universitaires que privées.
Sa première offre est bee4sense, une plateforme de valorisation de l’information ; elle constitue une solution de référence dans les domaines de l’aide à l’enquête – Direction Générale de la Gendarmerie Nationale – de l’Intelligence Économique (BNP Paribas) et du support Client (Schneider Electric).
L’expérience acquise auprès de ces premières références a permis à oppScience de proposer des solutions prêtes à l’emploi dans les domaines de l’aide à l’enquête et de la sécurité ciblant les administrations (sécurité intérieure, défense, police, justice) en France comme en Europe, mais aussi dans la gestion des risques, l’intelligence économique et le support client, ciblant les grandes entreprises. Au-delà, oppScience travaille sur diverses solutions verticales en partenariat avec des experts métier et avec un partenaire dans le domaine de la conduite et de l’évaluation des politiques territoriales, ce qui démontre que la valorisation de l’information est une technique transverse à de multiples cas d’usage. De plus, s’il existe encore une question budgétaire qui peut freiner les plus petites entreprises, les solutions se démocratisent. La société propose une démarche de 4 semaines pour démontrer la réalité du retour sur investissement…
oppScience rassemble déjà une équipe de 40 personnes. Au cours de l’année 2019 la société a réalisé une croissance de 100% de son chiffre d’affaires par rapport à 2018 et prévoit une croissance identique en 2020 .

 

 

 

oppScience continue d’opérer pendant le confinement

oppScience continue d’opérer pendant le confinement

OppScience continue d’opérer pendant le confinement

Face à cette période difficile de crise sanitaire et de confinement que nous traversons, oppScience a fermé ses bureaux et continu d’opérer efficacement à distance avec les collaborateurs et les clients au travers des outils collaboratifs mis à disposition. Auprès d’une équipe motivée et investie, nous nous assurons de suivre les bonnes pratiques du télétravail afin de continuer d’accompagner nos clients et partenaires dans les meilleures conditions possibles.

Afin de maintenir les liens sociaux au milieu de cette situation irrégulière, les équipes oppScience se réunissent tous les jours en vidéoconférence pour partager un moment social et créer une ambiance qui nous aide à démarrer nos journées ensemble, plus forts

Nos clients, qui regroupent des entreprises de services et industrie, se mobilisent aujourd’hui plus que jamais pour lutter contre la propagation du COVID-19 et nous remercions :

  • Schneider Electric qui produit des respirateurs électriques :

https://www.industrie-techno.com/article/contre-le-covid-19-air-liquide-psa-schneider-electric-et-valeo-produiront-10-000-respirateurs-d-ici-mi-mai.60001

  • Tereos qui mobilise son appareil agro-industriel contre le COVID-19 :

https://www.rse-magazine.com/Tereos-ou-comment-l-agro-industrie-se-mobilise-contre-le-Covid-19_a3731.html

  • Decathlon qui réserve des masques de plongée aux soignants :

https://sciencepost.fr/covid-19-decathlon-reserve-desormais-ses-masques-de-plongee-aux-soignants/

Soyons solidaires pendant cette épreuve. Restons chez nous et respectons les directives gouvernementales. En espérant que cette pandémie mondiale soit bientôt finie.

Pour plus d’informations concernant le COVID-19, rendez-vous sur la page https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

ttings.